Le petit Saint-Marthien

Journal de bord d'un intraterrestre

Irrigation solaire au goutte à goutte

Baptisé kondenskompressor, ce système ingénieux de micro-irrigation solaire au goutte à goutte allie astucieusement recyclage, réduction du gaspillage et conservation de l’eau. Ce système d’arrosage d’une simplicité désarmante permet une utilisation optimale des ressources en eau, en particulier pour la culture dans un climat sec ou aride. Il est idéal pour les jardins communautaires, les potagers urbains mais aussi les serres de jardin.

irrigation_goutte_a_goutte_solaire2

La technique du « kondenskompressor » semble avoir été mise au point vers 2008 par « Hortelano Hortament », un jardinier amateur originaire de Palma de Majorque sur les îles Baléares. Basé sur le même principe que les distillateurs solaires, l’idée n’est pas officiellement brevetée et ne nécessite que des bouteilles en plastique de récupération pour fonctionner.

La base d’une bouteille de 1.5l coupée en deux et remplie d’eau constitue le réservoir. Une autre bouteille en plastique de 5l dont on a découpé la base et dont on a conservé le bouchon de fermeture vient se placer au-dessus du réservoir. Placer une ou plusieurs bouteilles autour des plants que l’on veut irriguer. En s’évaporant du réservoir, la vapeur d’eau se condense, ruisselle contre les parois de la bouteille de 5l et irrigue au goutte à goutte le sol autour des plants. Une fois l’eau évaporée, il suffit de remplir le réservoir à nouveau et le cycle recommence.

Ce système présente l’avantage énorme de limiter le gaspillage de l’eau et permet de diviser par dix la quantité d’eau nécessaire à l’arrosage régulier. L’arrosage traditionnel, qu’il soit automatique avec des pulvérisateurs, des gicleurs d’eau ou des arrosoirs génère systématiquement une perte importante d’eau due au ruissellement et à l’évaporation. Le système du goutte à goutte solaire élimine totalement le gaspillage dû au ruissellement, et l’ajout d’une couche de paille autour des plants limite considérablement les pertes d’eau dues à l’évaporation. L’autre énorme avantage de ce système est qu’il permet l’utilisation d’eau saumâtre pour l’arrosage. La vidéo suivante démontre l’efficacité de la technique avec de l’eau de mer. C’est en tous cas l’une des raisons qui explique le succès de cette méthode dans des régions au climat désertique tempéré comme aux îles des Canaries ou au nord du Chili où l’eau douce est une ressource rare.

Cette technique simple et gratuite d’irrigation solaire au goutte à goutte n’est évidemment pas adaptée à l’agriculture intensive ou à l’arrosage d’un golf par exemple. Elle est destinée à la pratique durable du maraîchage privé ou communautaire (jardins collectifs, potagers urbains, petites exploitations etc.) et peut même faciliter le reboisement (en moyenne montagne ou en terrain difficile dépourvu d’infrastructure). Finalement, c’est également une méthode qui permet de soutenir de façon non négligeable et à peu de frais les communautés des pays en voie de développement souffrant d’une pénurie chronique d’eau douce dans leur effort de garantir leur sécurité alimentaire.

Le fonctionnement du Kondenskompressor

La technique du goutte à goutte solaire et celle des distillateurs solaires ont un fonctionnement semblable car les deux utilisent l’énergie du soleil pour évaporer l’eau qui se trouve dans un emplacement déterminé et la diriger vers l’endroit qui convient.

Lorsque les rayons du soleil atteignent le kondenskompressor, ils produisent à l’intérieur de celui-ci un effet de serre qui élève la température de l’air et provoque l’évaporation de l’eau à l’intérieur du réservoir. L’air qui se trouve à l’intérieur de la cloche se sature d’humidité, provoquant une condensation en forme de gouttes d’eau sur la paroi. Tant que le kondenskompressor restera exposé au soleil, l’évaporation continuera produisant des gouttes d’eau de plus en plus grandes qui finiront par se glisser sur les parois et tomber sur le sol pour l’arroser. De cette façon il se produit un cycle naturel de l’eau à petite échelle

 

Quand le soleil frappe le kondenskompressor, l’eau s’évapore à l’intérieur du récipient et se condense sur les parois de la grande bouteille.

Si le Kondenskompressor reste au soleil, l’évaporation continuera, les gouttes d’eau augmenteront et se glisseront sur les parois jusqu’au sol qu’elles humecteront.

L’avantage de ces systèmes d’irrigation par goutte à goutte, aussi bien solaire que conventionnel, est que la plante reçoit exactement la quantité d’eau suffisante et nécessaire pour son développement évitant ainsi le gaspillage dû `l’excès d’arrosage à l’évaporation ou à la filtration.

Etant donné qu’il n’y a pas de connexion directe avec l’atmosphère extérieure, il ne se produit pas de perte d’eau par la cloche. Pour éviter les risques d’évaporation, dans la zone qui se trouve entre la plante et le Kondenskompressor, on y place du foin ou de la paille qui conserve l’humidité du sol. Ainsi l’eau ne peut s’évaporer que lorsqu’elle a été utilisée par la plante pour son développement, par la transpiration des feuilles.


Ressources et documentation :

Le site kondenskompressor (en espagnol) n’est plus mis à jour depuis 2008, mais la documentation y est toujours disponible

3 commentaires sur “Irrigation solaire au goutte à goutte

  1. non aux hymnes
    24 décembre 2013

    bonne astuce

  2. quiz
    23 avril 2014

    c’est méthode est ingénieuse, quand est-il de la migration du plastique dans l’eau avec les UVs…?

    • Saint Marthien
      11 septembre 2014

      … Mmmhh je suis d’accord avec vous quiz. Le mieux serait probablement d’utiliser des cloches en verre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 décembre 2013 par dans Plantations & cultures.

Chroniques

Entrez votre adresse mail pour suivre le voyage du petit Saint Marthien et être notifié par email des dernières nouvelles.

Rejoignez 41 autres abonnés

Saint Marthien

Je viens d'un monde,
Où les Hommes n'ont pas de visage
Où les mots sont des silences
Où les questions n'existent pas
Où les rêves sont des réponses