Le petit Saint-Marthien

Journal de bord d'un intraterrestre

Ville en transition

Ville en transition - résilienceUne ville en transition est une ville dans laquelle se déroule une initiative de transition, c’est-à-dire un processus impliquant la communauté et visant à assurer la résilience (capacité à encaisser les crises économiques et/ou écologiques) de la ville face au double défi que représentent le pic pétrolier et le dérèglement climatique.

Ce processus a été développé en 2005 par les étudiants du cours de soutenabilité appliquée de l’université de Kinsale (Irlande) sous la direction de Rob Hopkins, formateur et enseignant en permaculture1. La première mise en application a été initiée en 2006 dans la ville de Totnes au Royaume Uni. Depuis, le mouvement est devenu international et compte plus de 460 initiatives officielles2.

L’originalité du mouvement des initiatives de transition sur les mouvements écologistes ou sociaux existants tient en plusieurs points. Tout d’abord, la vision de l’avenir est résolument optimiste, et les crises sont vues comme des occasions de changer radicalement la société actuelle. La deuxième originalité est que le mouvement concerne la communauté dans son ensemble car c’est cette dernière qui doit porter le changement. L’action ne doit pas exclusivement venir des gestes individuels quotidiens, ni des instances politiques via la législation. C’est pourquoi le mouvement des initiatives de transition est apolitique et ne choisit pas les confrontations (manifestations, …). Ensuite, le mouvement a développé une théorie psychologique inspirée de celle des traitements des dépendances toxicologiques pour tenter de traduire le désespoir ou le déni souvent consécutifs à la découverte du pic pétrolier et de notre dépendance au pétrole, en actions concrètes. Cette originalité semble à la source du succès que connaît le mouvement des villes en transition, mais elle suscite aussi des critiques, notamment sur le manque d’engagement politique. (wikipedia)

Résister aux crises 

Ville en transition - vision optimiste de l'avenirConcrètement, des groupes locaux, à l’échelle d’une ville, d’un village, voire même d’un quartier, comme c’est le cas à Paris, vont mettre en œuvre des actions pour réduire la consommation d’énergie fossile, pour reconstruire ou stimuler une économie locale respectueuse de l’environnement, avec des jardins partagés, des ruchers. Les participants de ces groupes vont aussi acquérir les qualifications qui deviendront nécessaires. Chaque collectivité locale trouve par elle-même les actions qui lui conviennent en fonction de ses ressources et de ses enjeux.

Une vision optimiste de l’avenir

S’appuyant sur une vision optimiste de l’avenir, ces groupes décident donc localement de travailler à un avenir meilleur, mais aussi moins vulnérable face aux crises écologiques, énergétiques et économiques qui menacent.

A l’heure actuelle, le mouvement des Villes en Transition compte plusieurs centaines d’initiatives, réparties dans une quinzaine de pays. En France, il existe déjà une cinquantaine de territoires en transition.


Six principes qui sous-tendent le modèle de Transition

manuel_de_transition_rob_hopkinsSix principes qui définissent les spécificités du concept de Transition. Ils ont émergé de l’observation du processus en cours, et je pense qu’ils résument parfaitement ce que cette approche évolutive a d’unique.

Visualisation

Dans le contexte de ces six principes, la visualisation désigne le fait que l’approche de Transition possède la conviction fondamentale que nous ne pouvons nous diriger vers quelque chose sans imaginer ce que cela fera d’y être. La vision que nous avons en tête quand nous commençons cette tâche détermine dans une large mesure l’endroit où nous arriverons. Travaillons-nous à réaliser la « Techno-explosion » d’Holmgren, ou peut-être quelque chose de plus réaliste et de plus désirable ? Élaborer une vision claire et attrayante du résultat souhaité est un principe de base du processus de Transition.

Intégration

Nous ne pouvons relever un défi aussi étendu que celui du pic pétrolier et du changement climatique en choisissant de rester dans nos zones de confort, les « verts », ne parlant qu’à d’autres « verts », les hommes d’affaires à d’autres hommes d’affaires, etc. L’approche de Transition cherche à favoriser une intensité de dialogue et d’intégration rarement atteinte auparavant, et elle a commencé à développer des méthodes innovantes pour y arriver. On considère cela comme un principe de base, simplement parce que nous n’avons aucune chance de réussir sans lui.

Conscientisation

La fin de l’Âge du Pétrole est une période déroutante. Nous sommes constamment exposés à un mélange déconcertant de messages. Les médias nous présentent des tittres tels que « D’après une nouvelle étude, le déclin accentué de la production pétrolière entraîne des risques de guerres et de troubles », et « D’après une étude, les émissions de carbone augmentent plus vite que prévu », et en même temps la publicité émet le message contradictoire que le train-train habituel est notre seule perspective, que la mondialisation est le seul modèle capable de nourrir le monde et que le prochain achat nous rendra heureux. Et le constrast est parfois saisissant, avec un article sur la fonte de la couverture glacée de l’Arctique en face d’une publicité pour une nouvelle voiture ou des vols bon marché.

Les médias auxquels nous sommes de plus en plus exposés nous délivrent des messages doubles, qui peuvent nous laisser perplexes. Parfois, de nouvelles Initiatives de Transition estiment qu’elles n’ont pas trop besoin de provoquer de prise de conscience, parce que tout le monde devrait être au courant de ces problèmes aujourd’hui, mais il est essentiel de partir de la supposition que les gens ne connaissent rien sur ces questions. Nous ne devons leur supposer aucune connaissance préalable, et exposer la situation de façon aussi claire, accessible et divertissante que possible, en donnant aux gens les arguments de base pour les laisser formuler leurs propres réponses.

Résilience

Il est utile de rappeler ici qu’en plus du besoin de se diriger rapidement vers une société sans carbone, la reconstruction de la résilience (capacité d’un organisme, un groupe ou une structure à s’adapter à un environnement changeant) est centrale au concept de Transition. De fait, si l’on s’occupait de l’un sans l’autre, on ne relèverait aucun de ces défis.

Intuitions psychologiques

Des intuitions issues de la psychologie sont également essentielles au modèle de Transition. On comprend que l’un des obstacles principaux à l’engagement est l’impression d’impuissance, d’isolement et d’écrasement que les problèmes écologiques créent souvent. Ces problèmes ne placent pas les gens dans une position d’où ils peuvent entamer une action, que ce soit en tant qu’individu ou en tant que communauté. Le modèle de Transition se sert premièrement de ces intuitions en créant une vision positive, deuxièmement en concevant des lieux sans danger où les gens peuvent parler, digérer et évaluer comment ces questions les affectent, et troisièmement en confirmant les démarches et les actions que les gens ont entreprises et en intégrant au processus autant d’occasions de fêter les réussites que possible. Ce rassemblement – le sentiment de ne pas être la seule personne au monde qui a conscience du pic pétrolier et du changement climatique et qui trouve cela effrayant – est très puissant. Il permet aux gens de sentir qu’ils participent à une réponse collective, qu’il font partie de quelques chose de plus grand qu’eux.

Solutions crédibles et appropriées

Dans le film What a Way to Go: Life at the End of Empire, Tim Bennett parle de ce qu’il appelle le « chapitre heureux », à la fin de la plupart des livres sur l’environnement, qui consacrent neuf chapitres à vous expliquer combien tout est horrible, et un à la fin avec quelques solutions-bonus. De même, j’ai entendu bien des conférences où l’orateur exposait l’ampleur du défi climatique, et terminait par une diapositive où il était question de diminuer nos thermostats et de changer nos ampoules.

Il est important que les Initiatives de Transition, après avoir présenté les arguments du pic pétrolier et du changement climatique, permettent aux gens d’explorer des solutions à une échelle crédible. L’une des raisons de ce qu’on peut appeler le « syndrome des ampoules électriques » est que les gens ne peuvent souvent imaginer que deux niveaux de réponses : soit les individus font des choses chez eux, soit le gouvernement agit à l’échelon national. Le modèle de Transition explore le terrain entre les deux : ce qui peut être accompli au niveau de la communauté.

 (Traduction par Guy Morant, d’après The Transition Handbook, de Rob Hopkins)



A consulter aussi :

» Réseau international de Transition qui fédère toutes les initiatives
» Le site villeentransition.net
» Le réseau en France 
» La Page Facebook 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 12 juin 2009 par dans Ethique, Ethique & permaculture, Transition.

Navigation

Chroniques

Entrez votre adresse mail pour suivre le voyage du petit Saint Marthien et être notifié par email des dernières nouvelles.

Rejoignez 45 autres abonnés

Saint Marthien

Je viens d'un monde,
Où les Hommes n'ont pas de visage
Où les mots sont des silences
Où les questions n'existent pas
Où les rêves sont des réponses